© 2018 Quelleposition.be.

 Les réponses de DéFI 

Découvrez les réponses de DéFI à nos 24 questions

DéFI a répondu à 100 % de nos questions.

 

Cliquez sur une thématique pour y accéder directement.

 
Notre question : Les jeunes des OJ participent à la vie des communes et aux partenariats locaux ; que propose votre parti pour soutenir et renforcer ces partenariats entre les communes et les OJ ?
 

La réponse de DéFI : "Nous faisons ici écho de propositions déjà formulées en réponse d’autres questions.

Notre priorité va à la consolidation du dialogue et de la concertation entre les pouvoirs locaux (Communes et CPAS) et les organisations de jeunesse. Nous proposons plusieurs initiatives en cette matière : collaborations renforcées entre les acteurs de l’école et les OJ, intégration des OJ dans les projets “Agenda 21”, création d’une plateforme entre les CPAS et les travailleurs de terrain en charge de l’accompagnement des jeunes précarisés."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : La mobilité et les transports sont au centre des débats actuels. Que propose votre parti pour renforcer et soutenir la mobilité des jeunes et plus particulièrement des jeunes porteurs/euses de handicap ?

 

La réponse de DéFI : "La priorité ira à l’aménagement des bâtiments pour les personnes porteuses de handicap. Cette politique doit tenir compte des contraintes du bâti existant. Nous demandons que soit réalisé, dans chaque commune, un cadastre des aménagements à réaliser et que soit prévu, avec le soutien des régions, un plan d’aménagement communal.

Parallèlement, il devient indispensable que les administrations et les organismes publics au sens large établissent des plans stratégiques spécifiques pour développer l’accès aux outils spécifiques et aux aménagements des postes de travail (ex : tablettes, clavier braille ,…)

Le second objectif est d’améliorer l’accessibilité des transports en commun. Ce programme s’appuiera, prioritairement, sur un plan de communication à destination des jeunes et des jeunes porteurs de handicap et sur une meilleure formation du personnel des différents opérateurs de mobilité."

Vers les autres réponses à cette question

Remonter au menu des thématiques

Notre question : L’inclusion de tous/tes les jeunes est au cœur du travail des Organisations de Jeunesse. Que propose votre parti pour réellement lutter contre les discriminations diverses que vivent les jeunes dans leurs différents lieux de vie (à l’encontre des LGBTQI, des personnes porteuses de handicap ou d’origine étrangère, sur des questions de genre, etc.). Comment votre parti compte-t-il soutenir les OJ qui travaillent et agissent en ce sens ?
 

La réponse de DéFI : "Pour lutter efficacement contre toute les formes de discrimination, DéFI défend la mise en place de cours de citoyenneté à l’école. Ces cours doivent en autres permettre d’éduquer les jeunes à la diversité. Il convient, selon nous, de veiller à ce que ces cours prévoient non seulement de développer une conscience citoyenne, mais également un véritable contenu d’éducation active à la citoyenneté et au respect de la diversité. Nous proposons aussi de nombreuses mesures qui visent à améliorer la situation socioéconomique difficile qui est le lot d’un grand nombre de jeunes. En Région bruxelloise, par exemple, le Ministre Gosuin a mis en place un plan d’actions en 10 mesures qui vient renforcer les dispositifs articulés autour de la mise à l’emploi des publics les plus fragilisés et spécifiquement les jeunes. Enfin, une politique de lutte contre les discriminations doit avoir pour objectif de favoriser la participation citoyenne. Dans ce cadre, nous organisons de nombreux congrès et séminaires durant lesquels nous mettons en avant la lutte contre les discriminations (à l’encontre des LGBTQI, des personnes porteuses de handicap ou d’origine étrangère, etc.). Nous participons à de nombreux événements mettant à l’avant-plan la diversité de la population belge (belgian pride, mixity…) et soutenons notre organisation de jeunesse DéFI Jeunes dans les relations qu’elle développe avec les OJ qui agissent dans la lutte contre les discriminations."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : Les politiques migratoires belges animent l’actualité récente. Que propose votre parti pour soutenir et renforcer le travail des OJ vis-à-vis des MENA et des jeunes migrant-e-s ?
 

La réponse de DéFI : "Les MENA rencontrent beaucoup de difficultés pour entamer et réussir un parcours d’intégration sur le territoire belge, notamment en raison d’un manque de solutions offertes par les instances fédérales belges.

La priorité de DéFI va à un renforcement et une amélioration des dispositifs d’information et d’accompagnement des MENA dans le cadre de leurs procédures de demande d’asile ou pour toute démarche parallèle. Cette dynamique ne pourra s’opérer qu’en renforçant la mise en réseau de l’ensemble des opérateurs d’aide à la jeunesse et associations liées à la problématique."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : Le numérique est aujourd’hui incontournable pour les jeunes. Que propose votre parti pour soutenir leur accès au numérique et les sensibiliser à son usage sûr, conscient et critique, tout en tenant compte de leur expertise à ce sujet ? 

 

La réponse de DéFI : "La priorité va à la lutte contre la fracture numérique. Les communes, avec l’appui des régions et de la Fédération Wallonie Bruxelles, doivent étendre le dispositif des Espaces Publics Numériques (EPN) dans les communes et veiller à adapter les horaires aux habitudes de “consommation” des plus jeunes.

Parallèlement, il convient de confier aux OJ une mission visant à développer des projets transgénérationnels au sein de ces EPN, qui auront pour objectifs de favoriser l’accompagnement des jeunes vers l’emploi et de sensibiliser au phénomène des “Fake News” et des théories du complot.

Au niveau des écoles, il convient de renforcer les collaborations entre associations et le secteur associatif en matière d’éducation aux médias."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : Le harcèlement est un réel problème que vivent nombre de jeunes aujourd’hui. Que propose votre parti pour lutter contre ce phénomène, et notamment contre le harcèlement en ligne, et soutenir les OJ en ce sens ? 

 

La réponse de DéFI : "Le harcèlement en milieu scolaire et/ou sur les réseaux sociaux constitue une réalité difficilement détectable et rarement illustrée, de manière directe, dans les sphères sociales que sont, par exemple, les classes. La formation des coordinateurs pédagogiques et des enseignants constitue des outils précieux mais insuffisants.

Les collaborations entre les OJ et les écoles doivent permettre de développer des projets innovants en matière de “vivre ensemble” dans les écoles, axés sur le respect mutuel et le respect des différences. Une attention particulière sera également apportée aux notions de réel et de virtuel et des conséquences des actes posés dans le monde virtuel.

Parallèlement, les OJ pourront être chargées de développer de projets de sensibilisation des familles et à la mise à disposition d’outils favorisant le dialogue et la prévention au sein des cellules familiales."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : La participation des jeunes est essentielle pour les OJ. Que propose votre parti pour renforcer et soutenir la participation des jeunes, tant dans les OJ qu’au niveau local, régional, communautaire ou fédéral et européen ?
 

La réponse de DéFI : "Nous renvoyons, globalement, à la question sur la mobilisation des jeunes. La question met en évidence la nécessité de permettre la prise en compte des revendications et souhaits des enfants et des jeunes par les autorités publiques et ce, dans un contexte d’intensification des débats autour de la participation citoyenne.

Les Conseils des enfants et de la jeunesse jouent à cette fin ce rôle important. Il convient de préciser leur rôle, au sein de chaque commune, et de renforcer leur action par un meilleur accompagnement : formation du personnel communal à la participation, désignation d’un référent dans les Collèges communaux.

Au-delà, il convient de renforcer la mise en réseau des animateurs et des travailleurs de terrain afin qu’émergent des projets de mobilisation supra-communaux, régionaux et/ou communautaires : place aux enfants, place aux ados."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : Le Conseil de la Jeunesse est l’organe officiel d’avis et porte-parole des jeunes francophones de Belgique. Il fait régulièrement parler de lui en Fédération Wallonie-Bruxelles. Quelle est la position de votre parti à ce sujet ? Souhaitez-vous une modification du décret ? Si oui, que faut-il modifier selon vous ?

 

La réponse de DéFI : "DéFI est favorable à une réforme du décret CJCF. En premier, il existe un manque de clarté et de compréhension des rôles et missions des différents organes du CJCF. La réforme du décret veillera à une meilleure définition des rôles. Parallèlement, il est primordial que le CJCF ait réellement la possibilité de porter la voix de la jeunesse, une jeunesse plurielle dont la diversité des opinions doit être entendue."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : Le manque de locaux est une contrainte majeure avec laquelle doivent jongler les OJ : que propose votre parti pour y répondre sur l’ensemble du territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles, dans les communes et dans les provinces ?

La réponse de DéFI : "L’objectif est de garantir une véritable reconnaissance du secteur associatif et des volontaires et de veiller à une véritable transparence en matière de subventionnement.

La charte associative constitue un outil précieux en cette matière mais n’a pas encore déployé tous ses effets. Il convient, le cas échéant, que soit créé dans chaque commune un conseil associatif mixte - composé de responsables politiques et des représentants d’associations - chargé d’établir un cadastre des besoins et ressources disponibles. Cette logique de cadastre doit, en outre, être reconnue à tous les niveaux de pouvoir : fédéral, régional, provinces et COCOF.

Le conseil aura, en outre, pour missions d’initier le dialogue entre les parties prenantes, d’identifier les contraintes et de jouer un rôle de médiation. Une dynamique similaire sera mise en place au niveau de chaque région et/ou province."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : Que propose votre parti pour soutenir et renforcer le travail des Organisations de Jeunesse avec les jeunes précarisé-es ?
 

La réponse de DéFI : "Notre premier objectif est d’améliorer la concertation et le dialogue, au niveau des communes, entre les opérateurs de terrain, en ce compris les OJ et les écoles, et les acteurs institutionnels, en priorité les CPAS, en charge du soutien aux jeunes précarisés. La création d’une plateforme de concertation répond à cet objectif.

L’optimisation de l’aide reposera, également, sur un renforcement des règles de déontologie partagée pour améliorer la communication entre opérateurs et une amélioration du suivi des jeunes, quel que soit leur âge, au sein des familles.

Au niveau fédéral, il convient, en outre, de modifier les dispositions relatives à l’aide sociale pour jeunes majeurs - 18 à 25 ans - afin, notamment, d’assurer un meilleur suivi des jeunes adultes, quelle que soit la commune où ils résident."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : En Fédération Wallonie-Bruxelles, le Pacte d’excellence alimente le débat sur les liens entre les écoles et les Organisations de Jeunesse ; que propose votre parti pour les reconnaître et les renforcer ?

 

La réponse de DéFI : "Il convient, prioritairement, d’établir et/ou de renforcer le dialogue et la concertation entre les écoles et les organisations de jeunesse en amont des projets.

Cette collaboration ne peut s’envisager qu’à condition d’avoir opéré, au préalable, un diagnostic précis des besoins et ressources respectives, qui induit, entre autres choses, d’assurer un meilleur échange d’informations.

Le premier chantier à investiguer sera le déploiement de l’éducation aux médias, la sensibilisation aux “fake news” et aux théories du complot, à la critique des sources et particulièrement la lutte contre le harcèlement en milieu scolaire, ce en collaboration avec les PMS et les acteurs ressources internes et externes à l’école. Il conviendra, en outre, d’ouvrir le débat sur la mise à disposition d’espaces communautaires partagés au sein des établissements scolaires.

Plus globalement, les débats autour de la réforme APE et du Pacte d’excellence doivent permettre d’orienter des moyens humains et opérationnels vers des projets de partenariats école-organisations de jeunesse visant à favoriser la citoyenneté de jeunes citoyens."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : Que propose votre parti pour renforcer l’EVRAS et la soutenir dans le travail des OJ ?
 

La réponse de DéFI : "Les objectifs de l’éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle (EVRAS) s’inscrivent en parfaite cohérence avec les politiques de jeunesse qui visent à outiller les jeunes pour en faire des citoyens Responsables, Critiques, Actifs et Solidaire.

 

DéFI entend développer les appels à projets auprès des organisations de jeunesse. Ces appels à projets mettront l’accent sur les initiatives innovantes et favoriseront les collaborations entre opérateurs, à savoir les organisations de jeunesse, les écoles et les plannings familiaux. Parallèlement, il convient de promouvoir le label “EVRAS en jeunesse” qui permet aux organismes du secteur jeunesse de s’assurer de la qualité des prestataires d’animations et de formations EVRAS."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques


Notre question : Nombreuses sont les OJ qui travaillent spécifiquement avec des jeunes de 3 à 12 ans ; que propose votre parti pour valoriser, soutenir et renforcer ce secteur et les OJ qui y travaillent ?
 

La réponse de DéFI : "Notre priorité va au renforcement de la coordination de l’accueil des enfants durant leur temps libre et au soutien de l’accueil extrascolaire, soit le dispositif ATL. Cette consolidation et cet affermissement du lien s’opéreront, notamment, dans le contexte du déploiement des mesures du Pacte d’excellence qui a, notamment, pour objectif une révision du rythme scolaire et la généralisation de l’enseignement polytechnique. Il convient, dans ce cadre, d’évaluer les synergies à mettre en place avec le secteur associatif et les OJ."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : En Fédération Wallonie-Bruxelles, le décret OJ régit l’ensemble du travail mené par les Organisations de Jeunesse. Il est prévu de le revoir, après son évaluation récente par l’Observatoire de l’enfance, de la Jeunesse et de l’aide à la jeunesse (OEJAJ). Votre parti souhaite-t-il revoir ce décret ? Si oui, que proposez-vous comme modification(s) ?
 

La réponse de DéFI : "Le décret n’est pas appliqué dans son intégralité. Il convient, avant toute chose, d’évaluer le dispositif pour identifier les leviers utiles à encourager et les contraintes à lever en vue d’une mise en oeuvre plus efficace."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques


Notre question : Le système APE représente une part importante des emplois dans les Organisations de Jeunesse. Selon votre parti, quel est l’avenir du système APE et quelle(s) proposition(s) concrète(s) peut/vent être faite(s) à ce sujet ?
 

La réponse de DéFI : "La Région bruxelloise ne dispose pas du dispositif APE mais bien de celui des Agents contractuels subventionnés (ACS).

A l’initiative du ministre Didier Gosuin, le gouvernement bruxellois a décidé, fin 2014, d’évaluer l’ensemble des postes ACS attribués afin de s’assurer du respect des différents prescrits réglementaires en la matière. Cette évaluation a permis de constater que les structures bénéficiant de ces postes les géraient en bon père de famille.

En parallèle à cette évaluation, de nouvelles dispositions administratives ont été mise en œuvre par le gouvernement. La règle est redevenue la norme alors qu’auparavant, il existait plus d’exceptions que d’application de la règle.

De plus, le gouvernement bruxellois a mis en place le contrat d’insertion (ACS d’insertion) conformément à la déclaration gouvernementale 2014-2019 qui a pour objectif de permettre à des jeunes de moins de 25 ans inscrits auprès d’Actiris depuis 18 mois d’acquérir une première expérience professionnelle (contrat d’un an).

Le Ministre Gosuin a toujours affirmé que sa volonté n’est pas de mettre à mal les institutions ou associations bénéficiant de ces postes ACS dès lors que les conditions prévues par la réglementation sont respectées."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : Les négociations tripartites à propos des accords du non-marchand reprennent en 2018. Ces négociations ont pour objet de décider de l’utilisation des montants (15 millions en 2018 et 25 millions en 2019) issus de l’accord du 25 octobre 2017. Quelle est la position de votre parti quant au meilleur usage de ces moyens supplémentaires ? Qu’envisagez-vous pour les années ultérieures ?
 

La réponse de DéFI : "L’affectation des moyens supplémentaires doit se faire au regard des véritables besoins des associations de jeunesse. Elle tiendra compte des enjeux de la professionnalisation du secteur, concrétisera l’égalité de traitement des associations et s'opèrera au regard d’un cadastre actualisé permettant une prise en compte de tous  les emplois."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : Le volontariat des jeunes, en Belgique ou à l’étranger, est l’un des piliers du travail des OJ : que propose votre parti pour le soutenir et le renforcer ?

La réponse de DéFI : "Le développement du volontariat en Belgique passe par un déploiement d’initiatives plurielles au niveau communal.

Les priorités de notre parti sont :

  • l’inscription du volontariat dans la politique communale et l’implication de tous les départements et services communaux dans cette thématique transversale.

  • l’instauration de cette dynamique dans une logique pluricommmunale afin de développer, avec les organisations de jeunesse, des projets fondés sur la mise en réseau et la mutualisation des compétences.

 

La mise en place de conseils consultatifs des associations au niveau local peut, logiquement, faciliter cette dynamique."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : Périodiquement, le service citoyen est au cœur des débats : que propose votre parti à ce propos ?

La réponse du cdH : "DéFI défend l’idée d’un service citoyen volontaire, tout en rappelant que ce service n’est pas un outil d’insertion professionnelle. DéFI pose, en outre, certaines conditions pour mener à bien ce dispositif.

DéFI demande une clarification du statut légal des participants et la finalisation d’accords de coopération entre les trois niveaux de pouvoir concernés pour lever toute forme d’incertitude notamment en ce qui concerne les demandeurs d’emplois indemnisés.

Parallèlement, il convient de coordonner les actions et d’assurer un suivi permanent pour garantir l’efficience du service."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : Le nouveau statut du travail associatif : passera ou ne passera pas ? Quelle est la position de votre parti à ce sujet ?

La réponse de DéFI : "DéFI est opposé à la réforme sur le travail associatif.

L’un des principaux arguments mis en avant est que cette réforme crée, in fine, un statut qui libéralise et contractualise toutes les formes de bénévolat. Le projet de la ministre open-VLD créera une concurrence déloyale entre travailleurs, va à l’encontre de la professionnalisation des métiers du non-marchand et un glissement d’activités professionnelles et de l’emploi régulier vers des gains exonérés.

Il convient, en parallèle, de clarifier les règles en matière de défraiement des volontaires et de mieux reconnaître le vrai bénévolat, celui qui n’a pas pour objet une activité rémunérée complémentaire ou une activité principale."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : Le gouvernement fédéral travaille actuellement sur une réforme du code des sociétés, qui prévoit d’y inclure désormais les asbl ; quelle est la position de votre parti à ce sujet ?

La réponse de DéFI : "Permettre aux associations d’avoir une activité économique non restrictive les installe durablement, voire exclusivement, dans une logique marchande. Cette logique risque, à terme, de dédouaner les structures étatiques, qui seraient cantonnées au rôle de garant de la mise en concurrence des opérateurs économiques. Cette dynamique nous apparaît comme porteuse d’un trop grand risque pour un certain nombre d’associations.

Au demeurant, il conviendrait de préférence, comme alternative, d’opérer une clarification des statuts juridiques et de préserver le principe qu’une société commerciale puisse être constituée dans un autre but que le lucre et avec pour objet le bénéfice sociétal."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : La charte associative est en discussion depuis plusieurs années en Fédération Wallonie-Bruxelles et en Région wallonne ; que propose votre parti par rapport à l’application de cette charte ?

 

La réponse de DéFI : "Au-delà des accords de principe, il y a lieu d’évaluer les dispositions applicables dans le cadre des relations entre les pouvoirs publics et l’associatif afin de soutenir un travail de concertation permanent."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : Les échéances du Brexit approchent et avec elles se posent de nombreuses questions : nécessité d’avoir ou non un visa touristique ou de travail pour se rendre au Royaume-Uni, validation des diplômes pour les étudiant-es, programme Erasmus, etc. Que propose votre parti pour maintenir et encourager la mobilité des jeunes entre le Royaume-Uni et l’Union européenne ?
 

La réponse de DéFI : "Le “Brexit” pose une série de questions en matière de mobilité des jeunes et des étudiants. Elles concernent les visas, les droits de scolarité, les bourses pour étudiants, les échanges linguistiques, le volontariat européen mais aussi, plus globalement, le statut des jeunes ressortissants européens sur le territoire britannique.

 

Le choix du gouvernement britannique n’a, jusqu’à présent, eu aucune conséquence sur la mobilité mais au-delà de 2018, l’incertitude demeure.

 

La priorité doit être donnée au maintien de cette mobilité grâce aux négociations et accords qui seront conclus entre Européens et Britanniques. A défaut, il conviendra d’établir des accords bilatéraux, lesquels viseront, prioritairement, à la reconnaissance automatique des diplômes et certifications."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : TTIP, TAFTA, Belgium Act Now… Les exemples ne manquent pas pour illustrer la mobilisation des jeunes sur les enjeux de société. Que propose votre parti pour soutenir, renforcer et entendre cette mobilisation des jeunes sur les enjeux actuels ?
 

La réponse de DéFI : "​La question met en évidence la nécessité de permettre la prise en compte des revendications et souhaits des enfants et des jeunes par les autorités publiques et ce, dans un contexte d’intensification des débats autour de la participation citoyenne.

Les Conseils des enfants et de la jeunesse jouent à cette fin ce rôle important. Il convient de préciser leur rôle, au sein de chaque commune, et de renforcer leur action par un meilleur accompagnement : formation du personnel communal à la participation, désignation d’un référent dans les Collèges communaux.

Au-delà, il convient de renforcer la mise en réseau des animateurs et des travailleurs de terrain afin qu’émergent des projets de mobilisation supra-communaux, régionaux et/ou communautaires : place aux enfants, place aux ados."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des des thématiques

Notre question : COP23, enjeux climatiques, émission de CO2 et de gaz à effet de serre… sont autant d’enjeux qui sont au cœur des préoccupations actuelles et qui poussent les jeunes à se mobiliser. Que propose votre parti pour répondre à ces défis environnementaux, notamment dans le travail des OJ avec les jeunes ?
 

La réponse de DéFI : "Les initiatives en matière de lutte contre le réchauffement climatique et pour une transition environnementale et énergétique fleurissent dans un grand nombre de communes en Wallonie et à Bruxelles. Ces initiatives doivent être soutenues par les autorités régionales et fédérales.

Idéalement, il conviendrait d’inscrire ce soutien dans le cadre des projets “Agenda 21”, qui doivent être généralisés au niveau des communes, ou, à défaut, de désigner, dans chaque collège communal, une personne référence sur ces thématiques, chargée d’apporter un appui technique et logistique, et de veiller, le cas échéant, à l’intégration de tous, jeunes et moins jeunes, dans ces dynamiques participatives."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques