© 2018 Quelleposition.be.

 Les réponses d'Ecolo 

Découvrez les réponses d'Ecolo à nos 24 questions

Ecolo a répondu à 100 % de nos questions.

 

Cliquez sur une thématique pour y accéder directement.

Notre question : Les jeunes des OJ participent à la vie des communes et aux partenariats locaux ; que propose votre parti pour soutenir et renforcer ces partenariats entre les communes et les OJ ?
 

La réponse d'Ecolo : "Proposition : Concrétiser la coordination territoriale des initiatives en faveur des jeunes.
Il s’agit par là de soutenir et de structurer des alliances entre partenaires impliqués dans des actions de participation, d’accueil et d’accompagnement des jeunes sur le territoire d’une ou de plusieurs communes. L’objectif est pragmatique : il s’agit de faire le point sur les initiatives existantes sur un territoire, d’identifier des voies de meilleure coopération, le tout au bénéfice des jeunes et de leur famille et dans la logique de la liberté associative. Cette démarche s’inscrit par ailleurs dans la logique des alliances éducatives proposées par Ecolo autour de l’école."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : La mobilité et les transports sont au centre des débats actuels. Que propose votre parti pour renforcer et soutenir la mobilité des jeunes et plus particulièrement des jeunes porteurs/euses de handicap ?

 

La réponse d'Ecolo : "Proposition : Faciliter et encourager l’utilisation des transports publics et des modes de transports actifs.
Le soutien à la mobilité durable et appropriée des jeunes dans le cadre de leurs activités collectives doit également être développé. Les mesures de gratuité des transports publics proposées par Ecolo dans le cadre scolaire doivent être élargies aux activités collectives de jeunesse. En concertation avec la SNCB, la STIB, les TEC ou De Lijn, des initiatives doivent être prises afin d’organiser une mobilité spécifique (trains spéciaux, bus spéciaux ...) permettant aux jeunes de se rendre sur des lieux de fête ou d’événements jeunesse et d’en revenir en toute sécurité. Pour Ecolo, il faut également poursuivre l'amélioration de l'accessibilité des transports en commun et des transports spécialisés pour les personnes à mobilité réduite. 


Nous favoriserons l’autonomie des enfants afin qu'ils puissent ainsi se déplacer sans devoir être accompagnés systématiquement par un-e adulte. En effet, la circulation est rarement pensée en fonction des enfants (effets « barrière » dus à des voiries difficilement franchissables, etc.) et l'accessibilité géographique des infrastructures (écoles, clubs sportifs, centres de loisirs, etc.) en est rendue plus difficile. Des cheminements piétons, un bon état des trottoirs dans des circuits repensés, des passages piétons rénovés, des brevets vélo et actions « défi l'école à vélo » sont autant de points d'attention et d'actions qui favorisent cette autonomie. 


Nous serons à l'écoute des enfants concernant les aménagements de l'espace public. Adultes et enfants n’ont pas le même rapport à l’espace public : leurs besoins sont différents, et les attentes sont exprimées de manière différente. Il est donc important de prendre en compte ces spécificités dans les projets d’aménagement.


Pour Ecolo, il faut aussi organiser des formations et des campagnes de sensibilisation concernant la sécurité routière avec l’aide de l’IBSR, des zones de police et du secteur associatif. Celles-ci viseront notamment le milieu scolaire (élèves, parents et enseignants), tenant compte du fait que 41 % des enfants et des adolescents impliqués dans un accident le sont sur le chemin de l’école, selon les chiffres de l’IBSR. 
En parallèle, il convient de développer le réseau de transport public ou collectif de nuit (au même tarif que celui de jour) afin d’accorder à chacun le droit à une mobilité responsable.


Ecolo propose aussi d’octroyer à chaque jeune, à l’occasion de son seizième anniversaire, un libre-parcours d’un an sur l’entièreté du réseau des transports en commun belges et ce, afin de permettre l’accès à la mobilité pour tous d’une part et de tenter, d’autre part, de changer les schémas mentaux traditionnels du « tout à la voiture ». Une initiative similaire devrait être développée au niveau européen."

Vers les autres réponses à cette question

Remonter au menu des thématiques

Notre question : L’inclusion de tous/tes les jeunes est au cœur du travail des Organisations de Jeunesse. Que propose votre parti pour réellement lutter contre les discriminations diverses que vivent les jeunes dans leurs différents lieux de vie (à l’encontre des LGBTQI, des personnes porteuses de handicap ou d’origine étrangère, sur des questions de genre, etc.). Comment votre parti compte-t-il soutenir les OJ qui travaillent et agissent en ce sens ?
 

La réponse d'Ecolo : "Ecolo souhaite que les politiques menées concernent tous les jeunes et visent :

  • L’émancipation : en tenant compte des réels besoins des jeunes, particulièrement les plus démunis ainsi que ceux qui ne sont pas déjà engagés dans une organisation ;

  • L’autonomie : les politiques menées doivent viser à ce que les jeunes puissent s’exprimer, se réunir, s’informer, se déplacer de façon autonome ;

  •  La diversité : afin de développer les liens sociaux et la solidarité entre les différents jeunes et au sein de la population en général, il faut encourager la diversité à tous les niveaux (origines sociales, culturelles, âge, sexe, handicap ...).

Pour Ecolo, il convient de soutenir et de veiller au développement d’initiatives des acteurs jeunesse visant une meilleure capacité d’accueil et d’animation des jeunes en difficulté issus d’un milieu populaire et des jeunes porteurs d’un handicap. Il convient également de renforcer l’accessibilité de ces infrastructures aux jeunes à mobilité réduite ainsi qu’aux jeunes aveugles et malvoyants.


L’objectif d’Ecolo est donc de travailler sur l’information, la sensibilisation et la prévention. Grâce à des politiques fortes en ce sens, nous parviendrons à une société réellement inclusive. Pour les thématiques LGBTI, un travail d'éducation à la vie affective et sexuelle dans le milieu scolaire et associatif est nécessaire. Il s'agit également de lutter contre les violences homophobes à l'égard des jeunes notamment. 
Au niveau culturel, Ecolo propose notamment d'encourager les opérateurs à développer des programmations artistiques et culturelles qui répondent aux réalités territoriales et valorisent la diversité. Ces dernières années, des initiatives visant à faire participer les publics aux œuvres ont été déployées : spectacles mêlant amateurs et professionnels, spectacles de quartier, créés par et avec les maisons de jeunes, mettant en scène des personnes handicapées, etc. Il s’agit de soutenir les artistes et associations qui militent pour la diversité sur scène et permettent de concilier ambition artistique, diversité et participation et de soutenir les projets qui favorisent les rencontres entre générations, milieux et origines culturelles diverses."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : Les politiques migratoires belges animent l’actualité récente. Que propose votre parti pour soutenir et renforcer le travail des OJ vis-à-vis des MENA et des jeunes migrant-e-s ?
 

La réponse d'Ecolo : "Ecolo souhaite une protection particulière pour les catégories les plus vulnérables de migrants, que sont les femmes, les mineurs, qu’ils soient accompagnés ou non, les personnes handicapées, les victimes de la traite des êtres humains, et les personnes traumatisées.


Notre proposition : Prendre en considération l’intérêt de l’enfant dans toutes les décisions rendues en matière d’asile et de séjour. L’intérêt de l’enfant doit être une considération primordiale dans toutes les procédures qui le concernent, qu’il s’agisse d’un mineur étranger non accompagné ou d’un mineur venu avec sa famille.


L’accueil des familles en séjour illégal ne doit en aucun cas être conditionné à un éventuel engagement de la partie à retourner dans le pays d’origine. L’accueil doit se faire dans un centre permettant notamment de continuer la scolarité entamée par les enfants, dans la langue d’enseignement qu’il suit, de participer à des activités extra-scolaires au même titre que les autres enfants/jeunes."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : Le numérique est aujourd’hui incontournable pour les jeunes. Que propose votre parti pour soutenir leur accès au numérique et les sensibiliser à son usage sûr, conscient et critique, tout en tenant compte de leur expertise à ce sujet ? 

 

La réponse d'Ecolo : "L’éducation aux médias tout comme la sensibilisation à l’utilisation plus critique des nouvelles technologies, doivent pouvoir faire partie des apprentissages scolaires et être organisées et soutenues dans le champ associatif. Ecolo entend soutenir une offre de formation en éducation aux médias et assurer l’actualisation des compétences pour toutes les personnes impliquées et notamment le secteur de la jeunesse. Les médias contribuent à la construction des représentations du monde et jouent un rôle important quant à la promotion de la parité et de la diversité ainsi qu’à la lutte contre les stéréotypes et la stigmatisation.


Pourtant, certains groupes sont sous-représentés dans les médias audiovisuels : par exemple, les  personnes d’origine étrangère et les classes plus populaires. Les personnes ayant un handicap visible sont carrément exclues des écrans. Un baromètre sur l’image des jeunes dans les médias a également été réalisé, qui montre que globalement, celle-ci est celle d’une « jeunesse sans parole, passive et désinvestie ».


La diversité est encore moins présente dans la presse écrite. Les personnes d’origine étrangère sont le plus souvent exposées dans des rôles de victimes ou d’auteurs d’actes répréhensibles.


Pour Ecolo, il est impératif d’agir afin de corriger ces déséquilibres flagrants, pour que les médias soient représentatifs de la diversité.
Ecolo propose :

  • de pérenniser les outils d’analyse de la diversité et de l’image des jeunes dans les médias et de mettre en place un Observatoire de la diversité au sein du Conseil supérieur de l’audiovisuel ;

  • d’initier une concertation durable et un échange de bonnes pratiques entre les professionnels des médias et les acteurs de terrain qui luttent contre les discriminations :

  • de créer un site internet reprenant tous les outils et les meilleures pratiques en termes de diversité;

  • rédiger un code sur la représentation de la diversité et de l’égalité dans les médias ;

  • d’engager les médias de service public :

    •  à proposer une offre tenant compte de la diversité des populations de Wallonie et de Bruxelles ;

    • à proposer des programmes par et pour les jeunes ;

    • à augmenter la diffusion des émissions sous-titrées et en langue des signes ;

    • à garantir une plus grande parité chez les intervenants invités dans les diverses émissions, en particulier sur les thèmes économiques, politiques et les questions sociales."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : Le harcèlement est un réel problème que vivent nombre de jeunes aujourd’hui. Que propose votre parti pour lutter contre ce phénomène, et notamment contre le harcèlement en ligne, et soutenir les OJ en ce sens ? 

 

La réponse d'Ecolo : "Pour Ecolo, il s'agit de rassembler les chercheurs afin d’affiner les réponses à apporter aux enjeux tels que la surinformation, les communautés virtuelles, la cyberdépendance et le cyber-harcèlement, ...


Il s'agit également d’encadrer la publicité à destination spécifique des enfants de moins de 12 ans, ainsi que l’utilisation de l’image d’enfants en tant que prescripteurs d’achats. Pour Ecolo, il faut également interdire la publicité qui véhicule des stéréotypes pouvant mener à des comportements discriminants : sexisme, racisme, homophobie, xénophobie ...


Pour le harcèlement en ligne, Ecolo entend soutenir les campagnes de prévention telles que No hate et le développement de cybersolutions  : une application ayant pour but d’équiper les jeunes internautes pour contrer les discours de haine sur internet et  la réalisation de chats visant le cyberharcèlement (ouverture de comptes sur les principaux réseaux utilisés par les jeunes pour permettre des chats d’assistance pour les victimes). 


Il s'agit de donner des outils aux animateurs et professionnels du secteur de la jeunesse pour renforcer l'esprit critique des jeunes, y compris par rapport aux dangers du web.


Il s'agit également de soutenir le conseil supérieur d'éducation aux médias notamment dans le cadre du safer internet day dont le thème de cette année était le harcèlement en ligne. Pour Ecolo, ce n'est pas à des acteurs privés de fourniture de matériel informatique ou d'internet de participer à cette sensibilisation des jeunes. C'est à des acteurs publics tels que le conseil supérieur d'éducation aux médias à le faire."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : La participation des jeunes est essentielle pour les OJ. Que propose votre parti pour renforcer et soutenir la participation des jeunes, tant dans les OJ qu’au niveau local, régional, communautaire ou fédéral et européen ?
 

La réponse d'Ecolo : "Les soutiens aux projets culturels, sportifs, scolaires, éducatifs, associatifs, participatifs, aux conseils locaux de jeunesse, les mesures d’aide à la jeunesse, de promotion de la santé ou d’organisation de l’espace public, l’utilisation des infrastructures et les plans communaux de mobilité feront l’objet des travaux de ces coordinations locales de la jeunesse.
Il convient de favoriser une meilleure articulation entre les politiques de jeunesse au niveau local et au niveau de la Fédération Wallonie-Bruxelles. A cette fin, Ecolo propose :

  • D’envisager, avec les acteurs associatifs, les meilleures pratiques pour renforcer les politiques locales de jeunesse, en vue d’en renforcer l’identité et la lisibilité ;

  • De renforcer la couverture territoriale des maisons de jeunes, des locales de mouvements de jeunesse et des centres d’information des jeunes ;

  • De clarifier les rôles des Régions et de la Fédération Wallonie-Bruxelles dans la politique d’hébergement des jeunes et la politique européenne des échanges internationaux de jeunes, notamment au travers du dispositif d’agrément des Centres de rencontres et d’hébergement ;

  • De renforcer le secteur des organisations de jeunesse, en agréant notamment de nouvelles associations dans des thématiques novatrices tout en veillant à ne pas créer de l’associatif hyperspécialisé ;

  • De valoriser les actions décentralisées et de proximité proposées par les organisations de jeunesse et les centres de jeunes ;

  • Au départ d'une Conférence interministérielle jeunesse, d’établir le relevé des dispositifs particuliers à promouvoir et/ou à créer afin de renforcer la lisibilité de l’action thématique des organisations de jeunesse ;

  • De renforcer les moyens accordés à la formation du secteur jeunesse aux métiers de l’enfance (ATL, Centres de vacances, EDD) ;

  • De renforcer le rôle de la formation dans la dynamique de projet des associations de jeunesse agréées.

De nombreux lieux de participation existent déjà : associations de jeunesse, conseils locaux de jeunes ou d’enfants, participation dans les écoles, associations de fait, etc. Ecolo souhaite continuer à soutenir le pluralisme et la richesse de ce que les jeunes mettent en place, leur apport étant essentiel dans la construction d’une société responsable et solidaire.


Les secteurs des organisations de jeunesse et des centres de jeunes agréés sont évidemment des acteurs incontournables pour mener à bien toutes ces politiques. L’associatif jeunesse est géré par et pour les jeunes. Ces associations sont des espaces collectifs d’expérimentation, de découverte, d’émancipation, de vivre-ensemble et de participation quotidienne.


Il serait également souhaitable d’envisager l’installation d’une « Maison européenne de la Jeunesse » qui serait un lieu de rassemblement des différents conseils participatifs de la jeunesse (CCOJ, CCMCJ, CJ ...). Cette maison devrait permettre de meilleures synergies entre les différents conseils participatifs et améliorer la visibilité de ceux-ci ainsi que leur permettre d’avoir un lieu propre à eux.


La consultation populaire au niveau local concerne les habitant-e-s d'une commune âgés de 16 ans accomplis. Ceux-ci/celles-ci peuvent l’organiser et/ou y participer. Cela est déjà possible et organisé en Wallonie, aux niveaux communal et provincial, ainsi qu'en Région de Bruxelles-Capitale. La 6ème Réforme de l'Etat la rend également possible au niveau régional et en Communauté germanophone, pour les matières régionales dont l'exercice lui a été transféré. Ces modalités d'organisation doivent également permettre la participation des plus de 16 ans ainsi que les consultations d'initiative populaire. Pour l'avenir, nous souhaitons que cette possibilité soit également étendue, moyennant les adaptations nécessaires, au niveau fédéral."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : Le Conseil de la Jeunesse est l’organe officiel d’avis et porte-parole des jeunes francophones de Belgique. Il fait régulièrement parler de lui en Fédération Wallonie-Bruxelles. Quelle est la position de votre parti à ce sujet ? Souhaitez-vous une modification du décret ? Si oui, que faut-il modifier selon vous ?

 

La réponse d'Ecolo : "Ecolo était pour une réforme en profondeur du décret organisant le Conseil de la Jeunesse. Au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le groupe Ecolo a proposé différents amendements au texte proposé par la Ministre dont certains ont été approuvés : 

  •  Amendements qui réinstaurent la majorité des 2/3 pour le plan d’action, l’élection du président et des vice-présidents et le règlement d’ordre intérieur.  Ces amendements ont été approuvés. 

  • Amendements pour instaurer des procurations : rejetés.  (Sauf l'amendement pour permettre des procurations pour les votes sur les avis : approuvé - Et pour les décisions de gestion, les procurations étaient en fait déjà permises dans la proposition de décret)

  • Amendement pour supprimer l'obligation de 8 AG par an : rejeté.  Par contre, un contre amendement pour réduire l'obligation à 6 AG par an a été approuvé.

  •  Amendement pour assouplir la constitution de l'AG : rejeté.  Par contre, un contre amendement pour ne pas mettre de minimum pour les quotas OJ et CJ a été approuvé.

Il convient maintenant d’examiner l’évaluation du conseil de la jeunesse et de procéder aux changements nécessaires afin de lui rendre toute sa légitimité, renforcer sa pérennité et ses moyens d’action et de lui permettre de sensibiliser de plus en plus de jeunes, quel que soit le milieu dont ils sont issus, leurs engagements, ou leur localisation. Le Conseil doit être soutenu dans sa capacité à recueillir la parole de tous les jeunes et son rôle de « poil à gratter » du monde politique."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : Le manque de locaux est une contrainte majeure avec laquelle doivent jongler les OJ : que propose votre parti pour y répondre sur l’ensemble du territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles, dans les communes et dans les provinces ?

La réponse d'Ecolo : "Mutualiser les locaux entre les différents organismes et créer des espaces de co-working"

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : Que propose votre parti pour soutenir et renforcer le travail des Organisations de Jeunesse avec les jeunes précarisé-es ?
 

La réponse d'Ecolo : "De manière générale, il est démontré que l’instauration de politiques serait mieux acceptée si elle était portée et construite collectivement avec les différentes composantes de la population visées par ces politiques. Il en va de même avec les jeunes défavorisés d’un point de vue socio-économique mais également des jeunes issus de l’immigration qui fréquentent moins souvent les lieux classiques de la participation citoyenne : organisations de jeunesse, maisons de jeunes, associations citoyennes, partis politiques, etc.
La méconnaissance des structures participatives existantes est l’un des principaux obstacles empêchant la participation des jeunes. Il convient d’envisager, avec les acteurs de terrain, la meilleure manière d’organiser le travail d’information et de facilitation, spécifiquement à l’attention des jeunes issus des milieux socio-économiquement défavorisés.


Pour Ecolo, outre le fait d’assurer des conditions d’existence décentes, lesquelles influenceront la participation de ces jeunes, il convient d’évaluer les pratiques existantes ici et à l’étranger qui consistent à rapprocher les publics précaires de la décision publique et d’outiller les intervenants sociaux dans cette perspective.


Une autre proposition d'Ecolo est de faciliter l’accès des jeunes à la culture via notamment un accompagnement qui permette la réalisation effective et la qualité des projets rentrés par des collectifs de jeunes « éloignés » des réalités associatives agréées. Une autre manière de faciliter l'accès à la culture pourrait être de financer l’asbl « article 27 » afin d’élargir les partenariats sociaux à l’associatif jeunesse."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : En Fédération Wallonie-Bruxelles, le Pacte d’excellence alimente le débat sur les liens entre les écoles et les Organisations de Jeunesse ; que propose votre parti pour les reconnaître et les renforcer ?

 

La réponse d'Ecolo : "Comme le prévoit le décret « missions », l'école doit former les citoyens de demain.
L'école doit donc valoriser, encourager l'engagement des élèves, en éveillant bien sûr leur esprit critique à travers les enseignements formels, mais aussi en les encourageant à s'engager concrètement. Elle doit donc offrir une place, en son sein et dans ses bâtiments, à l'engagement au travers des mouvements de jeunesse, OJ, ONG (exemple magasin oxfam, antenne école amnesty etc.) ou organiser régulièrement des activités, sorties etc. qui mettent en contact les élèves avec les OJ, leurs activités, ce qu'elles défendent etc. Cet articulation école OJ doit se traduire également dans le cadre des mesures du Pacte pour un Enseignement d’excellence.


Pour Ecolo, il faut également renforcer la fonction d’accompagnement pédagogique.


Pour Ecolo, il faut également renforcer la fonction d’accompagnement pédagogique des fédérations en apportant un soutien financier et didactique aux équipes d’animation qui souhaitent impulser une culture de « plan de formation quadriennale » dans leur fonctionnement. Parallèlement, il convient d’étudier la possibilité d’instaurer, en concertation avec la Commission Consultative des Organisations de Jeunesse (CCOJ), un programme de formation de cadres (ex : BAGIC - Brevet d’aptitude à la gestion d’institution culturelle) à l’attention des responsables pédagogiques du secteur des organisations de jeunesse.


Ecolo entend également soutenir le développement d’une offre de formation transversale, à destination des acteurs d’éducation formelle et non-formelle, portant sur l’utilisation de nouvelles méthodes de gouvernance, de participation et de gestion de projets collectifs, à partir de l’expertise développée par les associations de jeunesse."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : Que propose votre parti pour renforcer l’EVRAS et la soutenir dans le travail des OJ ?
 

La réponse d'Ecolo : "Ecolo propose depuis de nombreuses années de généraliser les modules d'éducation à la vie affective et sexuelle à l'ensemble des réseaux d'enseignement de la Fédération Wallonie-Bruxelles mais également via les Organisations de jeunesse.
En plus des aspects affectifs, des notions de partage et de plaisir qui doivent occuper une place importante dans ces modules, ils doivent intégrer une dimension psychoaffective et biologique.


Aujourd’hui encore, trop de jeunes se retrouvent dans des situations complexes ou prennent des risques pour leur santé physique et mentale parce que les informations sont parcellaires, incomplètes. Il est essentiel que les jeunes obtiennent facilement des réponses à leurs questions sur la puberté, la contraception, les maladies sexuellement transmissibles. Ces moments sont l'occasion d'aborder les grossesses précoces et leurs effets, les rapports hommes-femmes et les questions de genre, l'identité et l'orientation sexuelles, les mutilations sexuelles, les MST et le sida, les violences, la pornographie ...


Cette approche doit être intégrée dans les programmes scolaires obligatoires car elle permet notamment de mener un travail indispensable en termes de prévention. La vie affective et sexuelle est avant tout une source de plaisir, de bonheur, de partage mais cela davantage lorsque l'on peut faire ses choix en connaissance de cause. L'information et l'éducation sont donc essentielles."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques


Notre question : Nombreuses sont les OJ qui travaillent spécifiquement avec des jeunes de 3 à 12 ans ; que propose votre parti pour valoriser, soutenir et renforcer ce secteur et les OJ qui y travaillent ?
 

La réponse d'Ecolo : "Ecolo propose :

  •   d'augmenter le volume d’emplois permanents de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour les projets associatifs « jeunesse », en assurant leur financement par la Fédération Wallonie-Bruxelles et/ou les Régions ; 

  •   de renforcer la cohérence entre les dispositifs d’emplois régionaux et les politiques sectorielles de jeunesse afin d’assurer la transparence dans l’octroi de ces postes régionaux ainsi que l’articulation avec les politiques sectorielles ; 

  •   de procéder à l’évaluation du décret « Centres de Jeunes » et du décret « Organisations de Jeunesse » en vue, notamment, de réaffirmer et renforcer les valeurs et fondements politiques de l’action associative de jeunesse agréée par la Fédération Wallonie-Bruxelles ; 

  •   de garantir budgétairement l’application pleine et entière des réglementations sectorielles de jeunesse."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : En Fédération Wallonie-Bruxelles, le décret OJ régit l’ensemble du travail mené par les Organisations de Jeunesse. Il est prévu de le revoir, après son évaluation récente par l’Observatoire de l’enfance, de la Jeunesse et de l’aide à la jeunesse (OEJAJ). Votre parti souhaite-t-il revoir ce décret ? Si oui, que proposez-vous comme modification(s) ?
 

La réponse d'Ecolo : "Ecolo souhaite que les remarques et demandes du secteur et de l'OEJAJ soient intégrées au décret."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques


Notre question : Le système APE représente une part importante des emplois dans les Organisations de Jeunesse. Selon votre parti, quel est l’avenir du système APE et quelle(s) proposition(s) concrète(s) peut/vent être faite(s) à ce sujet ?
 

La réponse d'Ecolo : "Ecolo entend que soient préservés les soutiens structurels aux associations par le biais des points APE, leur indexation et la prise en compte des calculs d'ancienneté. La forfaitarisation ne peut être une réponse à la volonté de simplification administrative. Le paysage global des aides à l'emploi en cours de réforme doit être attentif à la situation des jeunes, car la réforme Groupes cibles de 2017 et les décisions fédérales mènent à la précarisation d'un nombre important d'entre eux, exclus des mécanismes d'activation. 


Ecolo continue à demander l'instauration d'un plan tandem pour partager le temps de travail entre jeunes et moins jeunes travailleurs et assurer la transmission du savoir.


Les secteurs « jeunesse »  doivent en outre être intégrés aux concertations avec les associations associées aux négociations ouvertes avec le gouvernement wallon."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : Les négociations tripartites à propos des accords du non-marchand reprennent en 2018. Ces négociations ont pour objet de décider de l’utilisation des montants (15 millions en 2018 et 25 millions en 2019) issus de l’accord du 25 octobre 2017. Quelle est la position de votre parti quant au meilleur usage de ces moyens supplémentaires ? Qu’envisagez-vous pour les années ultérieures ?
 

La réponse d'Ecolo : "Les accords du Non marchand en FWB (budget de 5M°) et plus récemment en Wallonie (budget 10M°) ont été signés. Le soutien au secteur jeunesse qui dépend de cet accord n'est cependant pas encore précisé. Or la flexibilisation des emplois accrue par les politiques fédérales ne peut conduire à fragiliser ou insécuriser le secteur des organisations de jeunesse. Ecolo s'y opposera."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : Le volontariat des jeunes, en Belgique ou à l’étranger, est l’un des piliers du travail des OJ : que propose votre parti pour le soutenir et le renforcer ?

La réponse d'Ecolo : "Pour ECOLO

  • le volontariat doit demeurer un acte libre et gratuit (hors de question de lier des activités de volontariat à l’obtention d’allocations, par exemple). 

  • l’ensemble des textes et propositions qui touchent au volontariat doivent respecter cette spécificité et faciliter les démarches pour être volontaire. 

  • il faut éviter, de manière générale, que le terme soit galvaudé, créant ainsi des confusions sur le sens et les enjeux afférents au volontariat. 

  • le volontariat est une mesure personnelle d’implication sociétale et non pas une forme « innovante » de main d’œuvre gratuite pour les entreprises.

  • il y a de vraies différences dans la manière d’appréhender l’associatif. Ce n’est pas la continuité d’un parti ou d’une administration. La liberté associative est essentielle à nos yeux. 

  • les contraintes administratives ne peuvent être des freins au travail des associations (voir le cadre qui a tendance à devenir de plus en plus quantifiable et non qualitatif dans le secteur jeunesse), à l’implication des volontaires (par exemple, les difficultés que connaissent certains chômeurs pour savoir ce qu’il est nécessaire de faire pour pouvoir faire du volontariat sans être accusé de travail au noir)

  • Ecolo défendra toujours la spécificité et la pluralité associative. 

Pour Ecolo, il faut également assurer un cadre au volontariat international :  il est nécessaire de clarifier les objectifs de chacun et d’assurer une reconnaissance du volontariat réel - c’est-à-dire qui n’a pas de but lucratif et dont l’organisation répond aux exigences de formation des CRACS. Cette reconnaissance et ce contrôle doivent se coordonner au niveau européen. De plus, il est actuellement impossible pour un volontaire hors Union européenne d’obtenir un visa pour venir en Belgique, il doit passer par une demande de permis de travail provisoire. Ecolo souhaite qu’une dispense soit prévue pour les volontaires."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : Périodiquement, le service citoyen est au cœur des débats : que propose votre parti à ce propos ?

La réponse d'Ecolo : "Pour Ecolo, le Service citoyen peut être un outil intéressant de cohésion sociale, de brassage et d'intégration des jeunes dans la société.


Mais il nécessite un cadre légal pour limiter tout risque d'abus.  Plusieurs questions doivent encore être tranchées, en termes de rapport à la citoyenneté, à la formation des jeunes, à l'emploi. 


Il convient avant tout d'instaurer suffisamment de balises pour que le service citoyen ne se transforme pas en une concurrence avec le volontariat ou en une mise à l'emploi déguisée. Le risque de voir ce type d'activités s'inscrire dans une logique d'activation est réel.  Il ne peut pas être transformé en un statut précaire, qu'on présenterait comme la réponse à la faible employabilité des jeunes.  Au contraire, le service citoyen doit s'inscrire dans une logique de solidarité, altruiste ; une démarche sociale et citoyenne doit être au cœur de ce dispositif. 


Enfin, le Service citoyen doit mettre l'accent sur l'aspect pédagogique des missions ; le tutorat doit y avoir une place importante et les tuteurs, suffisamment encadrés et formés. "

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : Le nouveau statut du travail associatif : passera ou ne passera pas ? Quelle est la position de votre parti à ce sujet ?

La réponse d'Ecolo : "Un nouveau statut pour le travail associatif a été demandé par certains secteurs (ex : le secteur du sport), secteurs pour lesquels le cadre du volontariat s'est avéré insuffisant. Mais le gouvernement a choisi d'étendre ce nouveau dispositif à de nombreux secteurs, qui n'ont pas été forcément consultés et ne sont pas forcément demandeurs. La liste d'activités autorisées pour ces (futurs) travailleurs associatifs est bien trop vague et imprécise. Le risque de mener à l'éviction du travail régulier est grand, avec à la clé une déprofessionalisation du secteur du profit social. 


Le travail associatif prendra également la forme d'un statut supplémentaire, à côté du volontariat. Il y a un risque de confusion entre ces deux statuts. Le volontariat est un acte gratuit, qui peut, au mieux, mener à un défraiement (remboursement de frais) ; les personnes qui effectuent du volontariat doivent être reconnues comme telles et savoir clairement quelle loi leur est applicable. 


Enfin, de  nombreuses activités  interfèrent avec la législation, la réglementation et les stratégies politiques qui ont été spécifiquement développées pour ces secteurs d'activités par les Régions et les Communautés. 


Ecolo souhaite dès lors que le 'travail associatif' soit tout d'abord limité aux secteurs du sport amateur et des arts amateurs. La liste des activités pourra être élargie, à condition d'être négociée secteur par secteur, dans le cadre des Commissions paritaires.  Il faut également qu'une concertation ait lieu avec les entités fédérées. "

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : Le gouvernement fédéral travaille actuellement sur une réforme du code des sociétés, qui prévoit d’y inclure désormais les asbl ; quelle est la position de votre parti à ce sujet ?

La réponse d'Ecolo : "Trois réformes profondes sont en train de se finaliser au fédéral, concernant le monde des entreprises mais aussi le monde associatif, celui des coopératives et de l’économie non marchande, et de l’économie à finalité sociale. S'il est nécessaire de réformer le droit des sociétés, trop complexe, cette volonté de simplification s'assortit, pour les écologistes, d'une volonté de standardisation susceptible de mettre à mal certaines activités non-marchandes.


En effet, dans ces trois réformes, toute forme d'activité est considérée comme de l'entrepreneuriat et toute forme d'organisation autour de cette activité, comme de l'entreprise. Autrement dit, les notions de finalité sociale ou sociétale, but et objet social n'ont plus aucune signification dans ces dispositifs. Un seul critère pour distinguer sociétés et associations serait désormais pris en considération, à savoir la possibilité de distribuer ou non un bénéfice.


Pour les asbl, l'objet social et le but de l'asbl ne sont plus des éléments distinctifs de l'asbl par rapport à une entreprise économique, si ce n'est qu'elle ne peut redistribuer ses bénéfices à ses administrateurs. Pour les écologistes, si ceci est exact sur le plan comptable et financier, il s'agit d'un déni de l'investissement sociétal que représente l'asbl et il importe de veiller à protéger leurs spécificités. De leur côté, les coopératives devraient choisir entre les deux. Pour Ecolo-Groen, l'économie à finalité sociale doit être identifiée en tant que telle, qu'elle concerne l'entreprise classique, la coopérative, ou l'asbl dans son organisation.


« La vision proposée par le Ministre Geens est excessivement libérale et favorise avant tout la rentabilité rapide pour les détenteurs de parts et les actionnaires. Investir dans une coopérative, par exemple, c'est aussi soutenir une autre économie, participer à un projet. Les coopérateurs ne cherchent pas forcément le 'return' financier », commente la députée fédérale Ecolo Muriel Gerkens. « Il est indispensable de donner de la valeur au sens des engagements. Or, la réforme proposée néglige totalement cette dimension 'non financière'. »
Ecolo-Groen propose dès lors la création d'un nouveau statut juridique mieux adapté aux sociétés coopératives : la SCOP (Société Coopérative et Participative). Les Verts ont déposé une proposition de loi qui sera jointe au projet de loi sur le Code des sociétés du Ministre Geens.


L'objectif de la SCOP est de permettre aux travailleurs de participer aux décisions stratégiques, managériales et organisationnelles de leur entreprise. Les bénéfices sont également divisés en quatre parts : réserve légale (15%) ; réserve d'investissement exonérée à hauteur de 100 % (15%) ; 'part travail' attribuée directement aux salariés sous forme de participation aux bénéfices, qu'ils soient associés ou non (25%) ; la rémunération du capital ne peut être supérieure aux autres parts et le dividende ne peut dépasser 6 %. Enfin, dernière spécificité de la SCOP, le dirigeant peut également être salarié de l'entreprise.


Il est important de soutenir les projets qui visent une finalité sociétale, au lieu de ne considérer que ceux qui visent la rentabilité. En négligeant ces engagements sociétaux ou sociaux, on risque de passer à côté de la mobilisation de moyens financiers importants pour les activités économiques qui ne visent pas spécialement une rentabilité à court terme. Créer un statut spécifique, via la SCOP, permettrait de trouver une solution durable et efficace."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : La charte associative est en discussion depuis plusieurs années en Fédération Wallonie-Bruxelles et en Région wallonne ; que propose votre parti par rapport à l’application de cette charte ?

 

La réponse d'Ecolo : "Sous les précédentes législatures, Ecolo a fortement soutenu  d'abord la conclusion du Pacte associatif et ensuite,  l'adoption de l'accord de coopération entre Wallonie, Fédération Wallonie Bruxelles et Commission communautaire française. Hélas, le texte n'a pu aboutir et n'a pas été repris par les actuelles coalitions... Comme vous le lirez dans notre programme électoral, Ecolo entend implémenter la Charte associative en règles de droit contraignantes pour la Wallonie, la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Commission communautaire française, dans leurs rapports avec les associations qui œuvrent à des missions d’intérêt général, Ecolo entend aussi franchir une autre étape, en élargissant l’application des principes de la Charte aux pouvoirs locaux. Ces principes doivent notamment conduire les pouvoirs publics à établir a priori des règles générales de reconnaissance des associations et de financement de leurs missions, à organiser des procédures et des critères rendus publics ou encore à publier chaque année la liste des subventions facultatives octroyées aux associations."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : Les échéances du Brexit approchent et avec elles se posent de nombreuses questions : nécessité d’avoir ou non un visa touristique ou de travail pour se rendre au Royaume-Uni, validation des diplômes pour les étudiant-es, programme Erasmus, etc. Que propose votre parti pour maintenir et encourager la mobilité des jeunes entre le Royaume-Uni et l’Union européenne ?
 

La réponse d'Ecolo : "La Belgique, avec ses partenaires de l'UE, doit travailler à faire en sorte que la relation future qui unira la Grande-Bretagne au Continent prévoit que les échanges de type Erasmus puissent persister, ainsi que tous les bénéfices induits par ces échanges. Le plus simple serait que la Grande-Bretagne intègre ces programmes comme la Suisse, l’Islande ou la Norvège le font déjà. C'est en ce sens que les Verts souhaitent voir l'accord post-Brexit avancer."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques

Notre question : TTIP, TAFTA, Belgium Act Now… Les exemples ne manquent pas pour illustrer la mobilisation des jeunes sur les enjeux de société. Que propose votre parti pour soutenir, renforcer et entendre cette mobilisation des jeunes sur les enjeux actuels ?
 

La réponse d'Ecolo : "La priorité 2  du programme Ecolo de 2014 en matière de jeunesse est de Favoriser la participation et la citoyenneté responsable, active, critique et solidaire des jeunes
La citoyenneté est un enjeu politique majeur. Envisagée dans la complexité du « vivre ensemble », elle renvoie inévitablement à la nécessité, pour une société qui fonctionne bien, de tenir compte de l’avis et de la créativité de chacun. D’envisager chacun, les jeunes y compris, comme acteurs.


La citoyenneté s’apprend en l’exerçant concrètement. C’est pourquoi Ecolo entend soutenir la participation des jeunes à tous les niveaux et leur implication dans toutes les questions qui les concernent.


Ceci implique nécessairement de renforcer les politiques de participation et de soutenir les acteurs associatifs qui font de la citoyenneté et de la participation des jeunes le cœur de leur mission. 


Par ailleurs, sous cette législature, Ecolo a saisi le Parlement de Wallonie d'une proposition de décret destinée à abaisser l'âge du droit de vote aux élections locales de 18 à 16 ans. Il s'agissait également d'abaisser l'âge à partir duquel un.e citoyen.e peut faire une interpellation du collège communal. Malheureusement, notre proposition a été rejetée.


Enfin, à la suite de l'Ecolab Démocratie du 11 mars 2017, Ecolo a complètement revu ses propositions en la matière et a prévu d'instaurer de nouvelles pratiques :

  1. L'initiative législative citoyenne.

  2. Le tirage au sort

  3. Et d'autre part de modifier les pratiques existantes par :

  4. La simplification institutionnelle et des mesures en matière d’éthique politique et de gouvernanc

Le tout dans un cadre cohérent par : la refondation du projet européen en partant des citoyens via une assemblée constituante."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des des thématiques

Notre question : COP23, enjeux climatiques, émission de CO2 et de gaz à effet de serre… sont autant d’enjeux qui sont au cœur des préoccupations actuelles et qui poussent les jeunes à se mobiliser. Que propose votre parti pour répondre à ces défis environnementaux, notamment dans le travail des OJ avec les jeunes ?
 

La réponse d'Ecolo : "Envisager de façon crédible des politiques pour les enfants et les jeunes implique de bien les connaître et, par conséquent, de prendre réellement en compte leur avis ou les questions qu’ils se posent. De la même manière, ces politiques doivent tenir compte d’une image détaillée des multiples dimensions que recouvre la réalité de la jeunesse. Les occasions de participer activement aux processus de prise de décision doivent être créées, consolidées et multipliées. Il en va ainsi par exemple de la participation et de la prise en compte des revendications des jeunes, dans le cadre des négociations internationales sur le climat ou de l’ONU."

Vers les autres réponses à cette question
Remonter au menu des thématiques