© 2018 Quelleposition.be.

POLITIQUES JEUNESSE

MENA et jeunes migrant-e-s

Ces derniers mois, les politiques migratoires belges et européennes n'ont cessé de faire parler d'elles. Nombreux/euses sont les jeunes qui sont directement concerné-es par ces différentes politiques. Nombreuses aussi sont les Organisations de Jeunesse qui travaillent avec ces jeunes, qu'ils/elles soient MENA (mineur-e-s étrangers/ères non accompagné-es) ou migrant-es. 

Notre question aux partis politiques

Que proposez-vous pour soutenir les OJ dans leur travail quotidien vis-à-vis des MENA et des jeunes migrant-e-s ?

Découvrez les réponses des partis politiques

"Ces dernières années de nombreux MENA sont arrivés dans notre pays. Ces derniers, en tant que public vulnérable, sont suivis avec davantage d'attention dans des centres d'orientation dédiés à leur service et un service de tutelle dépendant de la justice est mis en place tout comme un accès aux classes passerelles.
Une solution durable doit être trouvée à chaque fois et l'intérêt de l'enfant doit primer. Cette solution peut-être soit de rester en Belgique, soit aussi de retourner dans son pays d'origine. Chaque cas doit être envisagé et examiné de manière individuelle. On ne peut que saluer la mesure prise en 2015 par..." Lire la suite

"Les socialistes défendent la mise en place d’une nouvelle politique migratoire, tant au niveau belge qu’au niveau européen. Cette politique devra permettre une révision de la politique des visas (pour répondre aux situations d’urgence et octroyer plus de visas humanitaires) et la mise en place d’une réelle politique migratoire économique.
Le PS pense également qu’il faut investir dans des projets qui permettent un accueil digne et un accès des jeunes comme des moins jeunes migrants à nos politiques publiques. Les dispositifs d’apprentissage des langues doivent être renforcés...." Lire la suite

"Dans le chapitre de notre programme consacré aux réfugiés, nous proposons les droits suivants pour les enfants sans papiers:

  • Avant que l’Office des étrangers prenne une décision mettant un terme au droit de séjour, il doit mener une enquête sérieuse sur les risques encourus par les enfants en cas de retour et tenir compte de l’intégration des enfants.

  • L’Office des étrangers doit examiner quelles sont les solutions durables pour l’enfant concerné avant de mettre un terme au droit de séjour de la famille. Ici, l’enfant doit être entendu.

  • L’environnement d’un enfant doit..." Lire la suite

"Pour le cdH, chaque personne présente sur le territoire doit être considérée avec dignité. Des nouvelles personnes arrivent chaque jour sur notre territoire. Les autorités locales sont souvent en première ligne pour apporter une aide tant aux réfugiés politiques que, plus largement, aux sans-abris. La précarité reste trop largement répandue et gagne parfois du terrain. Les mandataires humanistes s’engagent à tout mettre en œuvre dans leurs localités pour qu’il soit offert à ces personnes un toit, de la nourriture et l’accès à des soins, et plus largement à ce qu’une attention continue soit apportée à toutes les formes de précarité..." Lire la suite

"Les MENA rencontrent beaucoup de difficultés pour entamer et réussir un parcours d’intégration sur le territoire belge, notamment en raison d’un manque de solutions offertes par les instances fédérales belges.
La priorité de DéFI va à un renforcement et une amélioration des dispositifs d’information et d’accompagnement des MENA dans le cadre de leurs procédures de demande d’asile ou pour toute démarche parallèle. Cette dynamique ne pourra s’opérer qu’en renforçant la mise en réseau de l’ensemble des opérateurs d’aide à la jeunesse et associations liées à la problématique."

"Ecolo souhaite une protection particulière pour les catégories les plus vulnérables de migrants, que sont les femmes, les mineurs, qu’ils soient accompagnés ou non, les personnes handicapées, les victimes de la traite des êtres humains, et les personnes traumatisées.

Notre proposition : Prendre en considération l’intérêt de l’enfant dans toutes les décisions rendues en matière d’asile et de séjour. L’intérêt de l’enfant doit être une considération primordiale dans toutes les procédures qui le concernent, qu’il s’agisse d’un mineur étranger non accompagné ou d’un mineur venu avec sa famille. L’accueil des familles en séjour illégal ne doit en aucun cas..." Lire la suite